Sœur Thérèse Filion

(1917-2004)

Soeur Thérèse Filion

Le nom de Sœur Thérèse Filion est intimement associé au Concours de musique Clermont-Pépin depuis sa fondation en 1986. Sœur Thérèse a non seulement participé à la mise sur pied de l’organisme, à l’invitation de messieurs Raymond Lessard et François Fréchette, mais elle a surtout contribué à établir la réputation d’excellence du concours par sa générosité et son travail rigoureux.

Sœur Thérèse a joué un rôle majeur dans l’éclosion de talents musicaux en Beauce et nous lui en sommes reconnaissants. Elle a transmis son goût de la musique à de nombreux élèves qui enseignent la musique à leur tour aujourd’hui.

L’arrivée de Soeur Thérèse en Beauce coïncide avec la création de la Commission scolaire de la Chaudière en 1961. C’est à elle que les dirigeants d’alors font appel pour superviser la formation musicale et, plus particulièrement, l’enseignement du piano, son instrument de prédilection. Elle est bien préparée à cette mission, car elle enseigne le piano depuis vingt ans à Loretteville au sein de sa congrégation, les sœurs de la Charité de Saint-Louis.

Depuis 1961, Sœur Thérèse a préparé plus de 400 élèves beaucerons aux examens de musique de l’université Laval. Ce travail, tout comme son engagement dans le Concours de musique Clermont-Pépin, répond à un même désir de stimuler l’éducation musicale en Beauce.

«J’ai toujours aimé la musique et le Concours m’a donné un outil de plus pour encourager les jeunes à continuer l’apprentissage d’un instrument, explique Sœur Thérèse. Le Concours les stimule dans leur préparation aux examens de l’université Laval car les deux événements ont lieu au printemps.»